Pyrénées

Traineau à cheval de Merens une balade unique dans les Pyrénées

Créé en 1997, Angaka, le village nordique de Beille, c’est avant tout l’aventure d’une bande de copains. Chiens de traîneau, raquettes à neige, construction d’igloos, traîneau à cheval : une véritable immersion dans l’univers des trappeurs.

En arrivant au village nordique, on se croirait dans « Jeremiah Johnson« , ce film où un ancien militaire décide de fuir la violence des hommes et la civilisation pour gagner les hauteurs sauvages des montagnes Rocheuses. Ici, nous sommes dans les Pyrénées ariégeoises.

Si Angaka existe depuis 18 ans, Tornade et son traîneau sont arrivés il y a quatre ans à l’initiative d’Isabelle. « Outre le chien de traîneau, on s’est demandé quel était l’animal que l’on pourrait ajouter dans le paysage et qui collerait avec le patrimoine local » et ce fut vite trouvé nous dit Isabelle : le cheval de Merens.

Tornade a 7 ans et demi ; il vient de l’élevage de Xavier Paquin du Domaine de Sié. La rencontre est faite lors le festival du cheval de Mérens à Bouan.

Il a fallu tout ré-inventer car il n’y avait pas de pratique dans les Pyrénées

Installer une activité de traîneau à cheval, ce n’est pas simple ; c’est même un vrai challenge, d’autant qu’il n’en existe pas dans les Pyrénées. Aussi, Pierre et Isabelle sont allés prospecter dans le Jura et dans les Alpes.

Premier challenge, trouver une solution technique pour le damage : Dans l’idée d’être autonome Pierre a fabriqué un « rouleau à damer hippomobile« , cela a marché deux ans. Puis il y a eu deux hiver très neigeux et le cheval ne pouvait plus avancer, il a fallut revenir à la dameuse.

On a sauté à pieds joints dans la neige pendant des heures et des heures pour tasser la piste pour le cheval, on s’est pas mal éreintés, expliquent-ils.

En ce qui concerne le matériel, Isabelle et Pierre ont redécouvert des standards de l’attelage, comme le collier pour que le cheval ait plus de puissance et que ce soit plus confortable pour lui, car Tornade est bien plus qu’un outil de travail, c’est surtout un compagnon de vie, « alors on ne veut pas l’abîmer » nous dit Isabelle.

Est venue aussi la question du ferrage : mettre des fers ou non aux sabots ? Après un hiver, Pierre et isabelle se sont aperçus que les fers, crampons et autres plaques à neige coupaient la circulation sanguine, alors Tornade a maintenant des pneus neige « naturels« .

« Il a fallu trouver une combinaison entre un élevage, une passion pour les chevaux, une passion pour la montagne et une nouvelle passion pour les traîneaux, » relate Pierre, et c’est chose faite.

C’est un peu comme un azinat, il faut essayer de tout mettre ensemble et trouver la bonne recette

Aujourd’hui la recette est au point ; Isabelle, Pierre et Tornade vous attendent tous les jours au Plateau de Beille pour de magnifiques balades dans la forêt enneigée.

Plus d’info sur www.angaka.com

article/page lu 2487 fois
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

LES ARTICLES QUI ONT FAIT LE BUZZ

To Top